Détail des bas-reliefs sur les portes de la Basilique Sainte-Marie-de-la-Mer de Barcelone représentant l'un des "bastaixos" de Ribera

La cathédrale de la mer et le passé juif de Barcelone

La cathédrale de la mer (La Catedral del Mar dans la version originale en espagnol) est une série historique en 8 épisodes créé par Netflix en 2017. Il s’agit d’une adaptation du roman à succès d’Ildefonso Falcones, publié en 2006, trois ans avant Les révoltés de Cordoue (La mano de Fátima), une autre pépite du roman historique espagnol.

La cathédrale de la mer, c’est la Basilique Sainte-Marie-de-la-Mer, une église bâtie au XIVe siècle par les bourgeois de Barcelone, la ville natale de Falcones. L’un de ses ouvriers « porteurs de pierres », Arnau, s’affranchit peu à peu de sa condition de serf pour s’élever au rang de consul de la ville. Épaulé par un marchand juif, il devient cambiste et prêteur du Roi. Épris de justice sociale, il prend la défense des serfs et des Juifs de la ville. Ces derniers sont en effet régulièrement la cible d’attaques de la part des habitants qui les accusent d’être responsable de la Grande Peste. Les positions radicales d’Arnau lui valent la haine des nobles et menacent sa sécurité, alors que la Sainte Inquisition réprime violemment toute forme d’hérésie supposée…

J’ai aimé…

  • La relation forte entre Arnau et son père,
  • Le rythme des épisodes, denses et bien cadencés, avec un démarrage très efficace dès le premier épisode et une tension dramatique permanente,
  • Les décors et les costumes, de la reconstitution des fermes de campagnes aux palais seigneuriaux en passant par les petites ruelles de Barcelone.

J’ai moins aimé…

  • Le côté mièvre des intrigues romantiques, surtout dans les premiers épisodes,
  • Le manichéisme un peu trop marqué des personnages, à l’exception peut-être du frère d’Arnau, le moine Joan, un peu plus ambigu.

Au final, La cathédrale de la mer offre un bon divertissement mais déçoit par côté un peu caricatural et son excès de bons sentiments.

Photographie à la une : Détail des bas-reliefs sur les portes de la Basilique Sainte-Marie-de-la-Mer de Barcelone représentant l’un des « bastaixos » de Ribera, ces hommes qui comme Arnau ont contribué à la construction de l’église en transportant les pierres nécessaires. Photographie de Xcaballe (15 juin 2016) sur Flickr. CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.