Vielle carte du monde avec un dessin de montgolfière

The Aeronauts, un film d’action historique qui donne le vertige

Librement inspiré de l’expédition en montgolfière du britannique James Glaisher en 1862, The Aeronauts est un film d’action efficace qui offre à Felicity Jones un rôle féminin fort. Suspense, action, romance… tous les ingrédients d’un bon divertissement sont là.

Une histoire largement réinventée

Felicity Jones et Eddie Redmayne avaient déjà incarné un couple à l’écran dans Une Merveilleuse Histoire du Temps (The Theory of Everything) en 2015. Le duo est de retour dans The Aeronauts, où ils incarnent respectivement Amelia Wren et James Glaisher, une pilote de ballon dirigeable et un météorologue anglais. En cette moitié du XIXe siècle où la science météorologique n’en est encore qu’à ses débuts, ces deux passionnés décident de faire équipe pour tenter de battre le record du monde d’altitude en montgolfière.

Inspiré de faits réels, The Aeronauts prend toutefois beaucoup de libertés avec l’histoire. Ainsi, l’expédition de 1862 n’est pas partie de Londres mais de Wolverhampton, à 200 km de là. Si le personnage de Glaisher est réel, celui de Wren est fictif. Le vrai pilote était un homme, Henry Coxwell. Cette entorse à la réalité historique a toutefois l’avantage de donner à voir un personnage féminin fort et atypique. Présentée comme une sorte de prestidigitatrice, Amelia Wren est une jeune femme qui attire les foules avec ses robes extravagantes et colorées. Alors que Glaisher approche les problèmes de manière scientifique, Wren suit son instinct, ce qui créé une tension intéressante entre les deux personnages.

Un film d’action bien rythmé

Ni biopic ni film historique classique, The Aeronauts est avant tout un film d’aventure à suspense. Dès les premières minutes, le spectateur est plongé dans l’action avec le lancement de la montgolfière devant une foule de badauds réunis pour l’occasion. Alors que la montgolfière se trouve coincée dans un nuage, les cahotements de la caméra et les gros plans en vue plongeante donnent l’impression au spectateur d’être lui-même dans l’atmosphère. Mieux vaut ne pas avoir le vertige pour regarder certaines scènes !

L’utilisation de flashbacks pour expliquer la rencontre de Wren et de Glaisher est judicieuse car elle permet au film de coller au plus près à la durée réelle du vol (un peu plus de 2 heures), tout en évitant au spectateur l’ennui qu’aurait pu représenter de longues scènes entre deux personnages dans un espace clos. Les effets visuels sont par ailleurs magnifiques, avec des plans panoramiques réellement féériques.

Après une sortie dans les salles début novembre au Royaume-Uni, The Aeronauts débarque dans les salles belges le 4 décembre. Il sera ensuite disponible sur Amazon Prime Video dès le 20 décembre.

Article original publié dans Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.