Extrait de la BD « Derrière le rideau » de Sara del Giudice (Dargaud, 2022)

Derrière le rideau : la montée de l’antisémitisme à travers des yeux d’enfant

Derrière le rideau est la première bande dessinée de l’autrice-dessinatrice italienne Sara del Giudice. Ce roman graphique, réussi sur tous les plans, retrace l’enfance de Yaël, une petite juive ayant grandi en Provence, de ses 8 ans en 1937 à ses 13 ans en 1942. Un récit intimiste très touchant sur la montée de l’antisémitisme et la persécution des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Un récit comme un journal intime

Dès les toutes premières pages, le lecteur pénètre dans les pensées de Yaël et découvre ce qui constitue l’univers de la petite fille : ses parents, sa petite sœur, ses grands-parents maternels, ses oncles et tantes… Le titre « Derrière le rideau », évoque ces moments durant lesquels Yaël surprend malgré elle les adultes en train de faire ou de dire des choses qu’on cache normalement aux enfants. Et c’est petit à petit, en grandissant, que Yaël commence à comprendre le sens de ces actes cachés et de ces conversations sur le ton de la confidence. En perçant les secrets des adultes, c’est un peu de son innocence que Yaël perd à chaque fois.

Les illustrations de Sara del Giudice sont très subtiles : les tonalités ocre et bleu qui dominent créent un effet « sépia » qui colle bien à l’ambiance historique. Le trait un peu enfantin épouse le style du texte (c’est la petite Yaël qui parle à la première personne pour raconter son histoire) sans pour autant négliger de représenter les petits détails des décors de la vie quotidienne – le tout donnant une impression d’authenticité.

Des lois anti-juives qui visent même les enfants

À la tragédie personnelle de Yaël, témoin de déchirures au sein de sa famille, se superpose l’horreur de la guerre. L’adoption de lois antisémites de plus en plus restrictives après l’invasion allemande de la France menace le fragile équilibre familiale. Les bombardements, l’exode, le rationnement… rendent le quotidien de plus en plus difficile. Le père de Yaël, un « goy », parviendra-t-il à protéger ses filles ?

Derrière le rideau est un bel exemple de fiction historique mêlant avec justesse la petite et la grande histoire. Une petite perle dont l’annexe historique permet de rappeler la triste réalité des évènements décrits.

Article original publié dans Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.