La Seconde Guerre mondiale vue des Pays-Bas

Je dois avouer que ces derniers temps je suis lasse des films sur la Seconde Guerre mondiale. J’ai absolument adoré la série Un village français et certains films comme Europa Europa (1990) ou La vie est belle (1997) figurent dans mon top 20 des films historiques, mais l’offre est telle ces dernières années que je finis par avoir l’impression de voir toujours le même film (Suite française par exemple ne fait pas vraiment preuve d’originalité…) et puis surtout, je regrette qu’il y ait si peu de films historiques sur d’autres périodes de l’histoire en comparaison.

Pour changer, j’ai donc décidé de visionner quelques films sur la Seconde Guerre mondiale… vue des Pays-Bas.

Zwartboek de Paul Verhoeven (2006), « Le livre noir » en français, est l’un des plus connus. Rachel Rosenthal, une jeune femme juive au tempérament d’artiste rebelle, doit se cacher sous une identité d’emprunt après que sa famille ait été exécutée par la Gestapo en essayant de fuir vers le sud. À l’automne 1944, elle devient donc Ellis de Vries, une résistante qui n’a plus grand chose à perdre et qui séduit Ludwig Müntze, un haut commandant du Sicherheitsdienst allemand à La Haye. Cette relation dangereuse lui permet d’obtenir des renseignements cruciaux pour la résistance mais finit aussi par lui poser un dilemme moral quand les Allemands sont en déroute à la fin de la guerre et que ses sentiments s’avèrent plus ambigus que prévu… Une histoire très romancée et pas toujours vraisemblable mais avec un suspense très réussi et des acteurs très convaincants : Carice van Houten dans le rôle de l’héroïne intrépide, Sebastian Koch dans celui du nazi séducteur, et Thom Hoffman, le « Freddy » de la série Heineken, dans celui du résistant au double jeu.

Oorlogswinter (« La guerre en hiver »), est quant à lui un film de Martin Koolhoven sorti deux ans plus tard (2008). Inspiré du roman de Jan Terlouw (1972), le film s’attache également aux derniers mois de la guerre, à l’hiver 1944-1945. Michiel van Beusekom, un jeune adolescent rebelle désireux de participer à la résistance contre les Allemands, admire son oncle résistant. Il reproche à son père, le maire du village, d’être trop accommodant avec l’occupant nazi. Sa rencontre avec un jeune aviateur anglais, blessé et caché dans les bois, va changer sa vie et lui révéler que tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Un jeune homme devenu adulte un peu plus tôt à cause de la guerre, de magnifiques paysages d’hiver… un bon drame malheureusement un peu gâché par une fin un peu trop hollywoodienne où les (trop) gentils deviennent subitement (très) méchants.

Oorlogsgeheimen (« Secrets de guerre »), enfin, s’intéresse aussi au point de vue des enfants pendant la guerre. Réalisé par Dennis Bots (2014), le film se déroule dans le sud du Limbourg en 1943. Tuur et Lambert, deux camarades d’école inséparables, voient leur amitié remise en cause par la différence d’allégeance politique de leurs parents et par l’arrivée d’une jeune écolière juive, recueillie dans une ferme voisine. Une histoire encore une fois assez romancée et pleine de bons sentiments mais qui pose malgré tout des questions intéressantes sur la clairvoyance des enfants, la force de l’amitié et les relations au sein des familles et des communautés villageoises en temps de guerre.

Prochain film sur ma liste : Het Bombardment (« Le bombardement », sur le bombardement de Rotterdam en mai 1940), un film de Ate de Jong sorti en 2012 mais qui n’est plus actuellement disponible dans le catalogue de Netflix Belgique…

Laisser un commentaire